Conseil national 2019


Les officiers principaux de l’APS se sont tous livrés à la présentation de leurs rapports annuels lors du Conseil national de l’APS, le samedi 2 novembre à Montréal. L’orientation de l’association était cependant au cœur du rendez-vous annuel regroupant les délégués en provenance des différentes régions du pays. Il s’agissait du dernier tour de piste pour Mario Poudrier qui n’a pas manqué de toucher les sujets qui lui tenaient à cœur à la veille de son départ; les politiques de rémunération et la convention collective APS-SRC qui arrive à échéance le 31 mars 2020 avec une option pour reconduire pour deux années ou de procéder à la négociation d'une nouvelle entente.


Pour connaître les détails du contenu, cliquez sur le lien suivant:

Conseil National de l'APS 2019

Election of a New Leader

The National Executive Committee meeting on Sunday, November 3, 2019, provided an opportunity for a change of guard at the lead of the APS with the election of Stéphane Désautels as APS National President. It was the last major topic on the agenda. The historic proposal was presented by David MacFarlane, the most senior member of the group. He was seconded by Toronto Local President Nathan Farr. The motion was unanimously adopted to appoint Stéphane Désautels, President of Montreal Local Branch, as interim National President.

APS in Good Financial Standing

Under the direction of the National Treasurer, Isabelle Benoit.

The National Executive session began with a detailed presentation of the association’s financial statements by the firm Désormeaux, Patenaude Inc. The two main partners running the CPA (Chartered Professional Accountants) firm, Aline Désormeaux and Jasmin Patenaude were present to describe to the participants the details of APS financial activity and its results at the close of its fiscal year ended June 30, 2019. In addition to the members of the executive, delegates present at the previous day’s National Council were invited to attend as observers. The association not only carries on the tradition with sound financial management, but its assets are increasing significantly, thanks to the implementation of its new investment policy and the increase in new members. Both C.A. partners were pleased to learn that the voting results gave them the mandate to prepare the financial statements for the fiscal year 2019-2020.

Other Topics

The Executive Committee also discussed numerous topics ranging from the collective agreement status to Christmas parties.


For more information, please click on the following link for additional detailed minutes of the meeting:

National Executive Committee Meeting


Élection d’un nouveau chef

La réunion du comité exécutif du dimanche 3 novembre 2019 a été l’occasion d’un changement de garde à la tête de l’APS par l’élection de Stéphane Désautels à la présidence nationale de l’APS. Il s’agissait du dernier point majeur à l’ordre du jour de la réunion. La proposition historique a été présentée par David MacFarlane celui des membres qui détenait le plus d’ancienneté au sein du groupe des électeurs. Il fut appuyé par le président du Local de Toronto Nathan Farr. La proposition de confier l’intérim de la présidence à Stéphane Désautels, le président du local de Montréal, a été adoptée à l’unanimité.

L’APS en bonne santé financière

Sous la direction de la trésorière nationale Isabelle Benoit

Le démarrage de la séance de l’exécutif était assuré par la présentation détaillée des états financiers de l’association par la firme Désormeaux, Patenaude Inc. Les deux partenaires principaux qui dirigent la firme de CPA (Comptables Professionnels Agréés), Aline Désormeaux et Jasmin Patenaude étaient présents pour expliquer aux participants les fins détails de l’activité financière de l’APS ainsi que ses résultats enregistrés à la clôture de son année fiscale le 30 juin 2019. En plus des membres de l’exécutif, les délégués présents au Conseil national de la veille avaient été invités à siéger comme observateurs. Non seulement l’association continue sa tradition de saine gestion financière, mais ses avoirs sont en augmentation importante grâce à l’implantation de sa nouvelle politique de placements et l’augmentation du membership. Les deux partenaires C.A. étaient heureux d’apprendre que le résultat du vote des membres participants leur confiait le mandat de réaliser les états financiers pour l’année fiscale 2019-2020.

Autres sujets

Le comité exécutif a également discuté d’une foule d’autres sujets qui allaient du statut de la convention collective jusqu’aux partys de Noël.


Pour en savoir plus, vous n’avez qu’à cliquer sur le lien suivant pour prendre connaissance du compte rendu détaillé de la séance:

Rencontre du comité exécutif national




RÉSULTATS DES ÉLECTIONS


Voici les résultats de l'élection APS dévoilée dimanche 3 novembre 2019 par les officiers responsables du vote David MacFarlane et Pascal Baczyk. Il s'agissait de l'Assemblée annuelle des membres de l'APS tenue à Montréal, à l'Hôtel Place D'Armes, à 9 h.


Résultats du scrutin



Pour un compte-rendu complet de l'événement, veuillez suivre le lien suivant:

Les activités du Conseil national 2019




Le Comité exécutif national de l’APS a élu le président du local de Montréal Stéphane Désautels pour succéder en qualité de président national de l’association à Mario Poudrier qui prendra officiellement sa retraite de la SRC à la fin du mois de novembre. Cette nomination place donc Stéphane à la tête de l’association à compter du 3 (trois) novembre, 2019 jusqu’à la fin du mandat originalement prévu pour Mario dans un an.

La nomination a été adoptée à l’unanimité par suite d’une proposition soumise par David MacFarlane le directeur régional de l’Ouest du pays et secondée par Nathan Farr le président du local de Toronto.

Cette réunion du comité exécutif de l’APS se tenait au lendemain de Conseil national en conformité avec les Statuts et règlements de l’association qui prévoit une rencontre obligatoire de l’exécutif à l’occasion de cette rencontre annuelle des délégués du syndicat.

Stéphane devient ainsi le quatrième président national de l’APS succédant par ordre à Réal Jean, de Québec, Stephen Moore, de Toronto et Mario Poudrier de Montréal.



Après 36 années de service au sein de la Société, le président national de l’APS, Mario Poudrier a annoncé qu’il quittait Radio-Canada pour prendre sa retraite à la fin du mois de novembre.

«  J’ai dépassé mon maximum d’éligibilité par une année pour ma retraite parce que je voulais participer à la renaissance de La Maison de Radio-Canada (La MRC) à Montréal », a dit Mario, « Une occasion de travail fantastique pour un féru d’ingénierie comme moi ».

Mario quittera officiellement l’APS lors du Conseil national qui se tiendra à Montréal le 2 novembre 2019. Avec un solde d’une année restante pour son mandat, l’APS procédera à la nomination d’un remplaçant par intérim pour compléter la partie terminale du mandat. Les Statuts et règlements de l’APS stipulent que c’est au comité exécutif national que revient la décision de nommer un président intérimaire.

En tout et partout, Mario Poudrier complète ainsi 18 ans de service à la tête de notre association, un record qui n’est pas près d’être menacé. C’est en 2001 qu’il prenait le relai de Steven Moore pour accéder à la présidence nationale de l’APS. Avant Mario siégeait comme président du Local de Montréal depuis la fondation de l’APS en 1995. Il était présent à l’assemblée de création de l’association alors que les membres fondateurs l’avaient élu comme président d’assemblée pour l’événement. C’est donc un total de 24 ans d’engagement syndical que nous saluons avec le départ de Mario.

Il aura été de tous les combats notamment en siégeant sur tous les comités de négociation à partir de la toute première en 1995 jusqu’à la dernière en 2016. Mario a été le porte-parole de l’APS sur tous les fronts et pour tous les comités d’importance depuis presque un quart de siècle.

Un syndicat libre et autonome

Il a ainsi laissé son empreinte sur le type unique de syndicalisme que représente l’APS. Un syndicat totalement contrôlé par tous ses membres participants et chaque employé de la SRC. L’APS laisse le choix aux employés membres de son unité d’accréditation d’appartenir ou non à la vie syndicale de leur association. L’APS est le seul syndicat qui bâtit la liste de ses demandes syndicales à partir d’un sondage scientifique fait auprès de chacun de ses membres participants pour négocier ses conventions collectives. C’est aussi un syndicat de transparence qui met à la disposition de tous ses membres participants les états financiers de l’organisation réalisée par une firme externe certifiée et indépendante. Ces caractéristiques ne sont que des exemples parmi d’autres pour définir le style unique de l’association. Cependant, c’est l’engagement de Mario qui a permis de placer l’APS au même rang que tous les autres joueurs pourtant plus importants dans le monde syndical de la SRC.

Toutefois, c’est d’abord et avant tout son dévouement à l’endroit des membres individuels de l’APS qui restera la marque de commerce personnelle de son chef. Mario n’a jamais reculé devant une demande d’aide en provenance d’un membre de son organisation. Dans son style bien à lui, il prenait la cause en charge pour foncer sans jamais broncher devant les obstacles qui se dressaient devant lui. C’est par centaines que les membres de l’APS sont là pour témoigner leur gratitude au terme des 24 années de service que Mario a donné à son association.

Mario laisse l’APS en solide situation financière après avoir instauré une structure souple et légère pour assurer une gestion serrée des dépenses. Le défi était de taille avec une dette importante au tout début de sa présidence et des réductions majeures de membership survenant vers le milieu de son mandat, résultat désastreux des suppressions de postes massives orchestrées par la direction de la SRC.

Il présidera ainsi son dernier Conseil national lors du week-end du 2 novembre à Montréal entouré de toute la famille APS qui ne manquera sûrement pas de saluer son départ.

MERCI MARIO!




Conseil National

C’est à Montréal que se tiendra cette année le Conseil national de l’APS, durant le week-end du 2 novembre à la Salle Tango de l’Hôtel Place D’Armes. Les délégués en provenance des différentes régions du pays se réuniront pour décider des orientations de l’association et pour prendre connaissance des résultats d’activités déployées dans les différents rayons d’action de l’APS. Le président, le secrétaire général national intérimaire, le trésorier ainsi que le directeur général produisent alors un compte rendu des événements marquants de l’année. Les délégués présents contribuent de leur côté à informer l’assemblée des événements et des préoccupations locales lors de la Tournée des régions.

Les membres en règle qui désirent participer peuvent entrer en contact avec leur représentant local pour l’obtention du statut de délégué. Nos Statuts et règlements prévoient un délégué par tranche de 50 membres. Les membres en règle qui résident dans le lieu où se déroule le Conseil national sont invités à venir à titre d’observateurs. Maria Gaglione, Coordonnatrice APS verra aux opérations des activités.

L’Assemblée générale annuelle des membres

Au lendemain du Conseil national, le dimanche 3 novembre 2019, l’Assemblée générale annuelle des membres débute à 9 :00 h au même endroit. La réunion sert à dévoiler les résultats des consultations soumises aux membres par vote électronique dans la semaine du 21 octobre 2019. Cette année la seule résolution soumise à un vote sera la proposition de reconduire le mandat de nos vérificateurs externes (Désormeaux, Patenaude Inc.), émanant de notre exécutif national.

Les trois directeurs régionaux actuels ainsi que les présidents locaux de Montréal et Toronto ont été réélus par acclamation. Tous les postes de l’APS sont soumis à des mandats rotatifs d’une durée de deux ans.

Deux officiers d’élection représentant chacun des deux réseaux seront nommés pour superviser les activités électorales; Pascal Baczyk, directeur régional de l’Est et David MacFarlane, directeur régional de l’Ouest seront responsables de la divulgation des résultats en se connectant avec la firme responsable du vote électronique, Big Pulse.

Le début et la durée de la période de vote durant laquelle les membres seront appelés à voter auront lieu du lundi 21 octobre 2019 jusqu’au dimanche 27 octobre à minuit.

L’Exécutif national

Immédiatement après l’Assemblée générale annuelle, une rencontre physique entre les membres de l’exécutif national se tiendra pour clôturer les activités du week-end. Il s’agira de l’une des deux rencontres en personne obligatoires pour l’année.

États financiers pour l'exercice terminé le 30 juin 2019

Les membres en règle qui veulent prendre connaissance des états financiers 2018-2019 de l’Association sont invités à soumettre leur requête à la coordonnatrice par courriel au : aps@apscbcsrc.org.







Au terme de la période des mises en candidatures terminées le 8 août 2019 pour la section de Toronto et le 6 septembre 2019 pour la section de Montréal, les candidats suivants ont été élus pour représenter leurs régions respectives pour un mandat de deux ans selon les Statuts et Règlements de l’APS.


Les présidents locaux Nathan Farr de Toronto et Stéphane Désautels de Montréal ont été ré-élus par acclamation.


Les dirigeants locaux élus -

Toronto :

Calum McLeod – Directeur région de Toronto / Secrétaire

Robert Chen – Directeur

Tandra Chakroborty – Directrice

Nadia Aftab – Directrice

Montréal:

Sébastien Fleurant – Directeur régional Québec / Secrétaire

Nicolas Ouellet – Directeur

Daniel Foisy – Directeur

Alain Gingras – Directeur

 

Les  directeurs régionaux de l’Est, l’Ouest et Ottawa ont été élus par acclamation le 30 août dernier

Pascal Baczyk  - région Est

David MacFarlane  - région Ouest

Anne-Marie Roy – région d’Ottawa


Félicitations à tous les dirigeants!

 


La fin de la période des mises en candidatures pour les postes de directeurs régionaux s’est clôturée le 29 août 2019.  Les trois postulants suivants ont été élus par acclamation pour représenter leurs régions respectives pour un mandat de deux ans selon les Statuts et Règlements de l’APS.


Pascal Baczyk  - région Est

 

David MacFarlane  - région Ouest

 

Anne-Marie Roy – région d’Ottawa

 


Félicitations aux élus et bonne continuation avec l’Association!



Conformément  aux Statuts et règlements de l’APS, les postes des Directeurs des sections de l’Est, l’Ouest ainsi que la région d’Ottawa seront soumis à une élection en 2019.  Les mandats sont pour une période de deux ans.

Nous invitons tous les membres intéressés à poser leur candidature, à remplir le formulaire de Mise en candidature ci-joint. La demande doit comporter la signature de cinq (5) autres membres en règle présentement inscrits à l’APS pour parrainer votre candidature. Veuillez faire parvenir votre formulaire par courriel à : aps@apscbcsrc.org par télécopieur au (450) 575-0572 ou par la poste au siège social du syndicat au 1212 rue Panet, Montréal, Québec, H2L 2Y7, au plus tard le:  jeudi 29 août 2019.

SEULS LES MEMBRES EN RÈGLE peuvent se porter candidat(e) ou voter lors d’élections. Pour acquérir le statut de membre en règle, veuillez compléter le formulaire Demande D’Adhésion ci-joint ou consulter la section : ( www.apscbcsrc.org/display/fr/Formulaires ).

Seuls les membres des régions de l’Est, de l’Ouest et de la région d’Ottawa peuvent voter pour les candidats de leur section respective.




L’employeur a émis une communication aux employés de l’APS au sujet de la révision salariale de cette année. Le document provenant du service de Personnes et Culture a été envoyé par courriel.

L’APS critique depuis longtemps les conséquences négatives contenues dans l’application de la politique de rémunération de CBC/Radio-Canada. L’annonce de cette dernière communication nous donne l’occasion d’y revenir au bénéfice de nos membres.

La note de service donne l’impression que l’APS a négocié une augmentation de 1,5 % pour les membres de l’APS : « Le budget pour les employés représentés par l’APS, tel que négocié dans la convention collective, s’élève à 1,5 %,...». Toutefois, le libellé du contrat est différent puisque le 1,5 % ne représente qu’un minimum.  « La valeur du budget de révision annuelle ne sera pas inférieure à 1,5 %... » – (Annexe « G » paragraphe 1 de l’entente).

Le mémo donne également l’impression trompeuse que la progression salariale à la disposition des employés en surplus des augmentations régulières est contrôlée que par les gestionnaires. Il indique que les gestionnaires ont l’option d’octroyer ces augmentations : « Les gestionnaires peuvent recommander qu’une augmentation de salaire puisée à même le budget de progression soit accordée, sur une base prioritaire, à des employés qui donnent entière satisfaction à leur poste et dont le salaire se situe sous le point milieu de leur plage salariale. ». Cette déclaration est exacte, cependant, le mémo ne fait aucune référence sur la progression automatique applicable à tous les employés. Encore une fois, la convention collective nous présente une version différente, où les gestionnaires n’ont aucun rôle à jouer : « Les employés affichant un rendement soutenu progresseront jusqu’au point milieu de la zone de référence… au début de la huitième année. » - (Annexe « G », paragraphe 3 de l’entente). Cela signifie que tout employé dans cette situation atteindra automatiquement le point milieu de la zone de référence sans aucune intervention de la part d’un gestionnaire.

Le mémo donne également un portrait incomplet du processus de révision en cas de désaccord avec une évaluation du rendement. Les employés qui protestent l’évaluation émise par leur gestionnaire peuvent effectivement ajouter leurs commentaires sur le formulaire, mais lorsque cette case est finalement cochée, le système efface l’opposition de l’employé sans son autorisation, et ce, avant le 5 juillet.  En fait, il n’y a aucune obligation pour un employé de cocher la case : « Je suis d’accord avec le contenu et la cote ». Les employés mécontents peuvent communiquer avec leurs représentants syndicaux pour déposer un grief, au besoin. Cette éventualité n’est pas mentionnée dans le communiqué et devrait l’être.  Une cote négative à votre dossier amène d’autres ennuis en plus d’une augmentation salariale inférieure. Entre autres, cela vous empêchera d’atteindre le point milieu de la zone de référence au début de votre huitième année de service. De plus, une cote négative devient un facteur de sélection en cas de suppression de postes.  Le volet concernant les désaccords sur le résultat de la cote de rendement émis par le gestionnaire est ainsi omis dans le communiqué en escamotant le processus du recours à un grief des employés mécontents d’une cote de rendement inéquitable.

Le mémo fait mention des augmentations salariales sans dévoiler les nouvelles plages. Il empêche l’employé d’être en désaccord avec son augmentation en raison des nouveaux niveaux des plages salariales. La réunion de chaque employé est prévue avec son gestionnaire avant le 21 juin tandis que le mémo mentionne que les nouvelles plages salariales seront dévoilées au plus tard le 24 juin. C’est une autre entourloupette de la Société pour empêcher les employés d’exprimer leur désaccord en cachant de l’information reliée à leur situation salariale.

CONSÉQUENCES NÉGATIVES DE L’AUGMENTATION DES ÉCHELLES SALARIALES

Les problèmes liés aux augmentations salariales figureront en priorité de l’ordre du jour de l’APS lors de la prochaine réunion du Comité mixte national qui aura lieu le 26 juin. 2019 à Montréal non seulement en raison des lacunes contenues dans le dernier communiqué de l’employeur, mais aussi en raison du mécontentement croissant lié à l’application d’augmentations des échelles salariales. C’est la troisième année consécutive que l’employeur augmente les échelles salariales afin de s’aligner avec le marché. Mais dans le cas de CBC-Radio-Canada, ces augmentations ne s’appliquent pas aux employés. Contrairement aux politiques dans d’autres organisations, l’augmentation des plages salariales ne vise pas les employés. Les plages salariales augmentent parce que CBC/Radio-Canada a négligé de suivre le marché du travail, mais les employés sont laissés pour compte, au même salaire qui n’augmente que par leur cote de rendement annuel. La seule exception à cette règle se produit à la huitième année de service de l’employé où il y a obligation de progresser au point milieu de la zone de référence. L’accumulation des augmentations des plages salariales suscite chez certains l’espoir ridicule de chuter sous le point milieu afin de recevoir les mêmes augmentations que leurs collègues situés sous le point milieu de leurs échelles salariales.

Malgré de vives protestations d’une approche équitable à l’égard de tous les employés, CBC/Radio-Canada applique toujours la même règle : aucun ajustement du marché n’est offert à ses employés. Le résultat final est que la grille des augmentations au mérite contenue dans les lignes directrices salariales démotive les employés. Les montants plus élevés ne sont accessibles qu’à une minorité. Par conséquent, l’APS remet en doute l’ensemble du système d’augmentation. Il est certain que ce point sera sur la table lors de la prochaine ronde de négociations. Les membres de l’APS voudront-ils continuer dans la même direction ou opteront-ils pour un système qui prévoit le même montant d’augmentation pour tous les employés, incluant les ajustements en lien avec le marché du travail?



C’est pendant le week-end du 4 mai 2019 que s’est tenue la réunion du Comité de l’exécutif national de l’APS soit une des deux rencontres obligatoires du comité où les membres doivent procéder à une rencontre en personne par opposition aux rencontres qui se tiennent habituellement par conférences téléphoniques. Les statuts et règlements de l’Association précisent que l’exécutif doit se rencontrer en personne au moins deux fois par année. L’autre rencontre se fait toujours à l’occasion du Conseil national de l’APS organisé invariablement durant l’automne. Le Comité exécutif a d’ailleurs opté pour le week-end du 2 novembre 2019 pour le prochain Conseil National qui aura lieu à Montréal.

Les délibérations du comité se sont déroulées avec un ordre du jour passablement chargé en abordant les comptes-rendus des différents comités qui composent l’univers de l’APS ainsi que pour traiter des questions de remplacements de personnel.

C’est à ce chapitre que se situait le départ de Marcel Arsenault le directeur de la Région de l’Est depuis plusieurs années. Comme son prédécesseur Donald Leblanc, Marcel a été victime d’une suppression de poste à Moncton après presque trente années de service au sein de la SRC. L’APS perd ainsi une voix puissante et respectée qui a toujours su défendre avec passion les intérêts de nos membres des provinces maritimes autant que ceux de l’ensemble du membership. À ce titre Marcel était aussi à la tête du Comité national de Santé et de sécurité de la SRC.

Le terme du mandat rempli par Marcel arrivait à échéance cette année, il fallait donc procéder à une nomination par intérim pour son remplacement. C’est ainsi que l’exécutif a nommé Pascal Baczyk de Moncton pour effectuer le mandat de directeur de la région de l’Est jusqu’à son échéance du 3 novembre 2019, date à laquelle débutera le nouveau mandat d’une durée de deux ans. Pascal qui travaille aux finances à Moncton en qualité d’analyste était présent pour procéder au remplacement. C’est ainsi que les membres de l’exécutif ont pu découvrir un nouveau venu apte à assurer un intérim difficile à remplir tout en apportant au groupe un souffle de jeunesse bien accueilli.

Cet automne marquera aussi les débuts de mandat pour les directeurs régionaux en fonction à l’APS soit celui de directrice intérimaire d’Ottawa occupé par Anne-Marie Roy, en remplacement de Daniel Lavigne ainsi que celui de David MacFarlane, Directeur de la région de l’Ouest.

Pour remplacer Marcel au Comité de santé et de sécurité, l’exécutif a nommé David MacFarlane le directeur de l’Ouest qui ajoute à son fardeau de travail une charge nouvelle puisqu’il continuera de siéger à la tête du Programme d’aide aux employés (PAE) comme le représentant de l’APS. Cependant David conçoit les deux rôles dans une même optique en soulignant qu’ils sont en fait complémentaires l’un de l’autre. Dans les deux cas en effet la prévention est au centre des préoccupations et pour les deux mandats il s’agit de veiller à la santé et au bien-être des employés. Nathan Farr, le président de Toronto continuera de son côté à occuper l’autre siège de l’APS au sein de ce comité national.

L’exécutif souhaitait également la bienvenue à Sébastien Fleurant qui participait à sa première réunion en qualité de membre de l’exécutif national. Sébastien arrivait comme deuxième membre de la section de Montréal succédant ainsi à Isabelle Benoit élue au poste de Trésorière nationale. Sébastien qui représente l’APS au comité local de réaménagement des effectifs à Montréal est embarqué avec enthousiasme dans son nouveau rôle en intervenant à plusieurs reprises pendant les délibérations du comité.

Finalement au niveau des premières, cette réunion marquait la première fois que l’exécutif avait à rencontrer les dispositions de sa nouvelle politique de placements en matière de redditions des comptes. C’est le titre que porte cette section de la politique qui consiste à prendre connaissance par la voix de la trésorière nationale des rendements sur les investissements de l’organisation. Isabelle Benoit a donc confirmé la mise en œuvre de notre nouvelle stratégie de placement des fonds qui amène des augmentations importantes au niveau du rendement tout en garantissant le maintien du capital.

Au niveau des actions futures de l’APS, le comité s’est penché sur la nécessité d’intervenir auprès des membres pour souligner les carences des politiques de rémunération. Depuis l’année dernière, de nombreuses interventions sont faites auprès de la direction pour corriger des iniquités sans succès. À défaut de corrections à brève échéance pour les changements salariaux de cette année l’APS se lancera dans une campagne d’information auprès de ses membres. La question de l’échéance de la convention collective a aussi fait l’objet de discussions.

L’on sait que c’est le 31 mars 2020 que la convention collective de l’APS arrivera à terme. Il existe une possibilité de reconduction tacite de l’entente que les parties ont accepté d’inclure dans les dispositions de renouvellement de la convention. Pour y échapper, l’APS doit faire parvenir à l’employeur un avis écrit six mois avant l’échéance, ce qui nous place à l’automne 2019. Sans arrêter une décision formelle, l’exécutif a d’ores et déjà entamé ses réflexions sur le sujet en étant conscient des implications qu’elle entraîne. Des discussions avec l’employeur sur le sujet seront donc amorcées à brève échéance.

La prochaine réunion en personne de l’exécutif aura donc lieu à Montréal le dimanche 3 novembre 2019.




Le Conseil national de l’APS se tenait cette année dans la ville de Toronto au Broadcast Centre de la SRC pendant le week-end du 3 novembre.

Cette rencontre annuelle sert de pôle d’orientation pour l’association en plus de servir de point de repère pour faire le point sur les activités qui se sont déroulées durant l’année qui s’achève. De fait, le calendrier de fonctionnement de l’APS amène à comprendre pourquoi cet événement majeur nous amène à considérer le début du mois de novembre comme la fin de notre cycle annuel.

Pourquoi novembre?

 Notre période fiscale se termine au 30 juin de chaque année. C’est à partir de cette date que nos Statuts et règlements prévoient toute la série d’événements qui aboutissent à la tenue du Conseil national en novembre. Les appels de candidatures en août, la parution des états financiers fin septembre et début novembre l’Assemblée annuelle générale des membres. La liste de ces événements s’articule autour de la fin de notre période fiscale.

Comme première obligation découlant de la fin de la période fiscale, il y a la production des états financiers de l’association. Cette opération consiste à transmettre les données financières de l’association aux vérificateurs externes qui fonctionnent avec un délai de 60 jours ouvrables pour soumettre les résultats de leurs travaux. Par contre, c’est en août soit après la fin de l'exercice financier que se déclenchent les appels de candidatures pour les postes à remplir dans l’organisation. La durée de cette période s’étend sur 10 jours ouvrables. Tous les postes de l’APS comportent des mandats de deux ans. En alternance chaque année nous plaçons en élection d’une part, les postes de président national, trésorier et secrétaire général national et, d’autre part, les postes de directeurs régionaux. Les élections locales de Montréal et Toronto se tiennent dans le même cycle que celui des directeurs régionaux.

Les élections sous la responsabilité du secrétariat de l’APS se font par mode électronique en utilisant les services d’une firme externe spécialisée dans l’organisation de scrutins. Cette année, nous demandions d’abandonner l’obligation de procéder par vote électronique pour le choix des vérificateurs externes puisqu’il arrive à l’occasion de voir nos postes comblés par acclamation. Dans ces circonstances, le recours au vote national pour confirmer la nomination des vérificateurs externes s’avère une dépense coûteuse pour confirmer une décision qui a déjà été prise par l’exécutif national. Pour les votes locaux, c’est à l’occasion des assemblées annuelles de chaque organisation locale que les élections se tiennent pour pourvoir aux postes des directeurs de Montréal et de Toronto avant la date du 7 septembre.

Bien qu’il n’y ait pas de date butoir pour les votes auprès des membres participants, les consultations se font maintenant en octobre pour que les résultats soient dévoilés lors de l’assemblée annuelle générale des membres, en début novembre. La séquence des activités se déclenche à partir des dispositions de l’article 10.05 des Statuts et règlements qui fixe un délai de 15 jours ouvrables après la réception des états financiers vérifiés auprès des dirigeants nationaux pour communiquer aux membres la date et les renseignements reliés à la tenue du Conseil national ainsi qu’à celle de l’Assemblée générale annuelle des membres.

 

Le contenu du Conseil national

Au fur et à mesure du passage des années les agendas du Conseil national se sont stabilisés autour des comptes rendus livrés par les principaux acteurs de l’organisation. Il fut un temps où ces rencontres se faisaient autour de thèmes de réflexions communes ou encore avec la présence de conférenciers invités. Mais avec l’augmentation des comités de toutes sortes et la complexité des charges de travail, les Conseils d’aujourd’hui servent surtout à faire la lumière sur l’action syndicale réalisée dans le cours de l’année qui s’achève.

Cette année le début de séance mettait en vedette les officiers responsables des différentes régions du pays qui venaient rendre compte des activités et des préoccupations vécues localement. L’absence de Marcel Arsenault en mission de travail à Iqaluit nous a empêchés de recevoir les nouvelles de l’Est du pays, mais tous les autres responsables régionaux livrèrent leurs rapports d’activités.

Pour Montréal : Stéphane Désautels, président

Pour Toronto Nathan Farr, président.

Pour Ottawa, Daniel Lavigne, directeur

Pour la région de l’Ouest, Davis MacFarlane, directeur

  

Venaient ensuite les rapports d’activités des deux directions nationales aux finances et au membership.

Yves Ledoux, trésorier national qui présentait sa dernière prestation comme officier de l’APS en donnant un bilan de ses deux dernières années en poste dont la mise sur pied du Comité de placement, les économies en frais de télécom, des licences, de la maintenance du site et la centralisation de la facturation.

Dominique Barrette, également en présentation ultime, a tracé le bilan des fluctuations du membership pour l’année qui s’achevait.


Les comités spécialisés arrivaient ensuite à l’agenda par les rapports d’activités donnés par les officiers responsables;

Programme aide aux employés (PAE) par David MacFarlane

Santé et sécurité au travail par Nathan Farr

Statut du site web par Jennifer Barrett


Au centre des différents comptes rendus se trouvent ceux du président national et du directeur général Mario Poudrier et Claude Beausoleil.

Le premier annonçait une année chargée qui comprend la reconduction de l’entente de 10 ans sur les cotisations de 0,1 % par employé pour les augmentations de frais pour les avantages sociaux en plus des nombreux litiges à régler devant les tribunaux. Le directeur général quant à lui brossait un tableau des différents griefs résolus en cours d’année de même que ceux qui sont présentement encore actifs. Il annonçait aussi la naissance d’une nouvelle contestation du membership de l’APS en provenance de la CSN (SCRC) et de la Guilde (Guilde canadienne des médias) devant le Conseil canadien des relations industrielles (CCRI).

Durant les délibérations du Conseil, les délégués interviennent à leur guise autant pour les questions que pour les suggestions. C’est par exemple que des changements ont été apportés à la structure de notre site Web pour déboucher sur des économies importantes. Encore, c’est là, qu’a pris naissance la consultation auprès des membres pour sonder la perception des individus à l’endroit de leur syndicat par voie d’un sondage sur les perceptions.

 Fidèle à son habitude, le président Mario Poudrier a conduit les délibérations pour que la journée se termine à l’heure prévue, soit 17:00 pile. Une grande amélioration sur les échanges du passé qui s’éternisaient en soirée ou pire encore jusqu'au lendemain matin.

 


 




Daniel Lavigne

Calum McLeod


Les Statuts et règlements de l’APS prévoient l’obligation de tenir au moins deux rencontres de l’exécutif national en personne chaque année. Ainsi lors des Conseils nationaux de l’association, la journée du dimanche qui suit la réunion du Conseil sert toujours à combler une de ces deux obligations de rencontres où les membres de l’exécutif doivent être physiquement présents. Les autres réunions se tiennent par conférences téléphoniques.

C’était donc dimanche le 4 novembre que le président national Mario Poudrier procédait à l’ouverture de la rencontre de l’exécutif national qui compte une dizaine de dirigeants syndicaux.  Comme il en a pris l’habitude au cours des années passées, Mario élargissait l’audience en invitant tous les participants aux délibérations du Conseil national, tenu la veille à se joindre au groupe comme observateurs.

Deux sujets majeurs étaient à ‘ordre du jour; le remplacement de Dominique Barrette et celui de Isabelle Benoit. La première en raison de son départ de Radio-Canada et la deuxième en raison de son élection au poste de Trésorière nationale. Dominique avait été élue par acclamation comme Secrétaire générale nationale de l’association en milieu d’août ce qui amenait l’exécutif à désigner un successeur pour la remplacer. C’est Daniel Lavigne le directeur du local d’Ottawa qui reçut l’aval de l’exécutif pour le remplacement de Dominique. Côté pratique, cette nomination avait du sens en raison de la situation géographique de son lieu de travail. Une des responsabilités importantes reliées au poste consiste à représenter l’APS au CCAS (le comité consultatif sur les avantages sociaux). Or ce comité siège à Ottawa d’office et la présence de Daniel sur place amène des avantages évidents incluant l’économie de frais de déplacement. Cependant il y a beaucoup plus de raisons pour la sélection de Daniel.  En accédant au poste, Daniel se trouve promu au deuxième rang en importance dans la hiérarchie du syndicat. Entre autres, c’est le Secrétaire général national qui remplace le président en cas d’absence.

Pour Isabelle, le cas était plus compliqué. Elle siégeait sur l’exécutif national comme deuxième représentante du comité local de Montréal. C’est elle qui représentait par sa fonction les membres APS de l’extérieur de Montréal, soit dans le reste du Québec. Chacun des deux grands locaux de l’APS, Montréal et Toronto compte deux représentants sur l’exécutif national. Pour remplacer Isabelle dans cette fonction, il faudra une décision de l’exécutif local de Montréal selon nos Statuts et règlements. Cependant Isabelle était aussi membre du comité de placement, une responsabilité émanant de l’exécutif national. C’est Calum McLeod qui reçut l’aval de l’exécutif pour cette nomination stratégique. Calum arrive chez nous fort d’une expérience solide en finances en ayant cumulé des responsabilités semblables pour le compte d’un autre syndicat de Radio-Canada. C’est lui également qui nous représente sur le Conseil du fonds de retraite de Radio-Canada en occupant un des deux seuls sièges de ce comité réservés à des membres de syndicats. Il sera donc présent également au CCAS avec Mario et Daniel pour former l’équipe APS.

Reste à voir ce que l’exécutif de Montréal décidera pour assurer la succession d’Isabelle Benoit pour combler le deuxième siège disponible sur l’exécutif national. Le remplacement de Daniel Lavigne comme directeur d’Ottawa doit se faire par l’exécutif national. Ottawa comme les régions de l’Est et de l’Ouest fait élire ses directeurs par voie d’un scrutin à toutes les deux années. Un directeur par intérim devra donc être désigné par l’exécutif national jusqu’à la fin du mandat actuel qui se terminera l’année prochaine.

Ainsi donc, l’exécutif de l’APS est heureux de souligner l’avènement de ces deux nouveaux joueurs, Daniel Lavigne d’Ottawa et Calum McLeod de Toronto dans leurs nouveaux rôles au sein de notre syndicat.






À l’occasion du Conseil national de Toronto qui s’est déroulé pendant le week-end du 3 novembre cette année, un changement de la garde au sommet de la pyramide du pouvoir de l’organisation a aussi marqué l’événement.

D’un côté, il y avait le départ prévu avec la retraite d’Yves Ledoux au poste de trésorier national qui quittait Radio Canada au terme d’une carrière bien remplie tandis que du côté du poste de secrétaire général national nous avons assisté au départ de Dominique Barrette à la suite de sa décision de changement de carrière.

Pour le poste de trésorier, la succession a été assurée par voie d’élection qui s’est soldée par la victoire d’Isabelle Benoit. Pour le poste de secrétaire général, il a fallu se replier sur les règles de fonctionnement des Statuts et règlements de l’association en raison de la date de démission de Dominique. Cette dernière a en effet obtenu le poste qu’elle sollicitait à l’extérieur de la Société en septembre soit après son élection au poste de secrétaire générale. Dans de telles conditions, c’est à l’exécutif national de l’association de désigner un nouveau titulaire par intérim jusqu’à la fin du mandat. C’est ainsi que Daniel Lavigne d’Ottawa a été désigné pour le remplacement de Dominique au poste de secrétaire général national par intérim lors de la rencontre du comité exécutif le dimanche 4 novembre, 2018 au Broadcast Centre à Toronto. 

Dans les deux cas, la famille APS perdait des officiers qui ont laissé leur marque dans l’exercice de leurs fonctions respectives.




Dans le cas d’Yves, il s’agissait d’un engagement de plusieurs décennies remontant aux débuts de l’association. Il avait été recruté par Marc Lapierre le premier secrétaire général de l’APS alors qu’ils travaillaient tous deux à l’ancien quartier général de l’ingénierie à Côte-Saint-Luc. Yves a gravi au fil du temps tous les échelons de l’APS en partant du statut de membre participant puis directeur de la section locale de Montréal pour accéder au niveau national d’abord comme secrétaire général et finalement en qualité de trésorier.

Il nous laisse notamment l’avènement de notre nouvelle politique de placement qui nous donnera accès à des rendements d’intérêts supérieurs dans l’avenir tout en préservant, comme toujours, l’intégrité de nos capitaux.



Pour Dominique, la durée de service aura été nettement plus courte. Cependant, c’est à son initiative qu’une restructuration de notre système de gestion du membership permet maintenant un meilleur contrôle des fluctuations chez nos membres. Grâce à elle, nos tableaux mensuels sont maintenant plus complets et accessibles à tous.

Dominique est également celle qui a lancé notre toute première consultation pour mesurer la perception des membres vis-à-vis de leur syndicat. C’est son implication à l’APS qui lui a donné le goût d’une réorientation de carrière en faveur de l’action syndicale.




Ainsi deux départs que les participants au Conseil national ont salués avec tout le respect qu’ils méritaient.  Le week-end marquait aussi une ultime participation pour Jeff Gardiner qui assistait à son dernier Conseil national. En plus de son assiduité remarquable au fil des années Jeff marquera les annales de l’APS pour son record de distance en qualité de délégué de Yellowknife.

Bonne retraite Jeff !