La reconduction

C’est au dernier jour de mars que la SRC et l’APS concluaient l’entente pour la reconduction de la convention collective dans la perspective de voir l’exécutif de l’APS se prononcer sur la question lors de sa rencontre le 3 avril 2020. Le comité a donné son aval à l’entente à la suite à cette réunion.

C’est dans ces termes que les parties ont consenti à la prolongation de la convention : « Les parties confirment la prolongation de la convention collective actuelle pour une période de deux (2) ans, soit du 1er avril 2020 au 31 mars 2022, et ce, sous réserve des ajustements et des modifications prévues à la présente entente » (art. 2).  Ainsi donc une entente assortie de conditions comme celle visant le rattrapage des salaires pour certains employés.

Le rattrapage

C’est donc dans cette entente que figure la formule de rattrapage pour les employés de l’APS qui se trouvaient au-delà du point milieu de leurs bandes salariales respectives lorsque la société a pris la décision en 2017, puis en 2018 de hausser le niveau supérieur des bandes salariales qui couvrent les employés APS. Comme résultat, plus de 160 employés de l’APS recevront à partir du mois d’avril des augmentations de salaire de 2 ou de 3 % selon les résultats obtenus lors de leur évaluation de rendement en 2019. Les employés ayant reçu des cotes supérieures en 2019 (dépassement des attentes) toucheront des augmentations de 3 % alors que ceux qui ont reçu des appréciations normales (satisfont les attentes) verront leurs salaires augmenter de 2 %. Ces augmentations seront accordées à deux reprises aux mêmes employés, la première cette année (2020) et la deuxième en avril 2021. Ces augmentations se feront en surplus des augmentations pour le rendement des années 2020 et 2021, payées habituellement en début de juillet.

Les modalités d’application sont en cours de préparation afin de procéder aux premiers versements établis dans l’entente. À ce titre, l’APS communiquera avec les employés visés afin de les mettre au courant de la situation.

C’est donc ainsi que se concluait une longue lutte que l’APS avait entreprise au lendemain de la première augmentation d’échelle promulguée par la SRC en 2017. Tous comprenaient alors que le système de progression des salaires allait servir les employés situés en dessous des points milieux des bandes salariales alors que ceux qui se situaient au-delà ne pourraient jamais profiter de ces hausses d’échelle.

Dans une lettre envoyée aux vice-présidents des deux réseaux, ainsi qu’à Monique Marcotte, alors Vice-présidente des Ressources humaines , Mario Poudrier écrivait : « Tous les employés ainsi pénalisés représentent l’élite professionnelle du contingent des membres de l’APS. Ce sont les membres du personnel qui, au fil des ans, ont réussi à obtenir des postes plus élevés dans l’échelle salariale grâce aux récompenses du passé en raison de leur travail et de leurs efforts supérieurs livrés au cours des décennies. Ce sont des forces vitales au sein de l’organisation et elles sont maintenant bloquées dans le système de rémunération. Un redressement majeur est donc nécessaire pour corriger cette injustice, qui touche maintenant les éléments les plus forts, les plus vitaux du groupe de superviseurs et de professionnels de CBC / Radio-Canada. »

Hausse du budget discrétionnaire pour les augmentations générales

La nouvelle entente prévoit un changement applicable pour tous. Ainsi, le pourcentage de dépense discrétionnaire de 0,7 % prévu à l’article 2 de l’annexe « G » sur les révisions salariales sera porté à 0,8 %. Le texte se lit comme suit : « Le montant maximum annuel de dépenses de 0,7 % prévu au paragraphe 2) de l’Annexe « G » de la convention collective actuelle est modifiée pour un montant de 0,8 %.

Voici donc les principales dispositions de cette ente qui constitue l’une des quatre conditions que l’APS avait affixées à la reconduction de la convention collective. Comme nous l’annoncions lundi, les autres ententes suivront demain et jeudi soit : demain, les termes des changements pour les appels en dehors des heures normales de travail et les changements aux points milieux et les conditions de travail des réviseurs pour jeudi.